Retour aux sources !

En ces jours de célébrations, j’ai le coeur léger… Et lourd à la fois ! Le sentiment qu’il est temps pour moi de faire un retour aux sources pour pouvoir ensuite explorer de nouveaux horizons…

Bien que je sois attentive à mon bien-être, physique-émotionnel et psychique, il m’arrive de douter.. il m’arrive d’être fatiguée.

Quel est le sens de la vie ? À quoi bon voir grand et chercher à créer ce qui aux yeux de beaucoup semble impossible à réaliser ? Comment garder la conviction et la confiance en chacun de nos choix, en chacune de nos décisions ?

Dans ces moments d’introspection, je prolonge en général mes séances de Yoga de 15 à 20 Minutes… j’y ajoute une période de Pranayama (travail respiratoire), j’apaise mon esprit à l’aide de pratiques méditatives plus longues.

yoga-2662237_1280

Et vous ? Comment faites-vous pour rester centré sur vos objectifs de vie ? Pour ne pas vous « égarer » ?

N’avez-vous jamais été apaisée par le parfum d’une fleur ? Par les notes d’une chanson qui a bercé votre enfance ou votre adolescence ?

Aujourd’hui, je m’aperçois qu’il y a une part de ma vie dont je ne vous ai pas encore parlé… une part un peu « secrète » de ma personnalité… un espace qui en moi nourrit mes passions, ma soif d’apprendre, de voir la vie en grand…  et de croire que tout est possible !

  • Pourquoi le Reggae ?

Vers l’âge de 14 ou 15 ans, j’ai vibré pour la première fois au son du Reggae. Alpha Bondy, Jimmy Cliff, Shaggy, Peter André et bien sûr Bob Marley m’ont aidé à franchir les barrières de ma timidité. 

À l’époque, les textes m’échappaient… je me laissais simplement porter par ces rythmes inspirés de la culture Jamaïcaine.

Plus tard, j’ai découvert que le reggae est une version du « ska »  revisité: un tempo plus lent et des structures rythmiques plus élaborées.

Cette musique issue du ghetto est liée à la culture rasta. Et qui dit rasta, dit homme noir qui fume de la marijuana… 😉 Voilà pourquoi il fallu attendre le milieu des année 70′ avant de voir le public blanc s’y intéresser de plus près…

  • Qui est Bob Marley ?

1c-9Bob Marley est né en 1945 dans les collines de St-Ann en Jamaïque. Son père, le capitaine Norval Marley, contre-maitre britanique né en 1895 est un homme blanc alors âgé de plus ou moins 60 ans.

Sa mère, Cedella Booker, pure jamaïcaine née en 1926, n’avait pas plus de 18 ans quand elle mit au monde le seul enfant de cette union. Celui qui allait devenir l’idole d’une génération en quête d’identité, de liberté et de paix..

La peau métissée, Bob Marley a du mal à s’intégrer. Il souffre de moqueries et commence à occuper une partie de ses journées à jouer de la musique sur des instruments faits maison…

Il connait dans sa vie de grands moments de difficultés.

Le ventre vide pendant des jours parfois, il s’évade dans la musique et dans la consommation de marijuana.

C’est ainsi, que dans les rues de Trenchtown, est né cette rythmique qui allait ensuite traverser les océans pour se propager dans le monde entier.

Cette ville mythique à l’histoire dramatique a vu transiter de nombreux esclaves. C’est cette vibration qui inspira Bob Marley à y monter le célèbre groupe des « Wailers » (dont la traduction signifie celui qui gémit, se plaint tout le temps).

Ce rebelle, timide, mais aventurier dans l’âme, s’intéresse alors de plus en plus au Rastafarisme, une sorte de seconde interprétation de la bible.

11056302-18335036Il décide de faire le voeu de Naziréat, ce qui l’entraîna entre autres à laisser croître sa chevelure librement, c’est-à-dire ne pas se couper les cheveux ni les coiffer avec un peigne (le peigne obligeant les cheveux à se positionner d’une certaine façon).

Alors que bon nombre de personnes ne retiennent de cet homme que son addiction à la consommation de Kaya (cannabis) Bob Marley est un homme qui a fait évoluer les mentalités.

Il a oeuvré pour de grandes causes telles que la paix pour le tiers-monde.

En mai 1977, une blessure au gros orteil sonne le début de sa fin tragique.  Un médecin anglais lui découvre alors un mélanome malin et lui recommande une amputation de l’orteil (chose qu’il n’acceptera pas car c’est en désaccord avec les principes du Rastafarisme).

En 1980, après une perte de connaissance lors d’un jogging à Central Park à New York, Bob Marley passe un examen aux rayons X. On lui l’on découvre cinq tumeurs. Trois au cerveau, une aux poumons et une à l’estomac. Son cancer s’est généralisé. 

Il garde pour lui ce lourd secret afin que sa famille le laisse jouer un dernier concert le 23 septembre de la même année à Pittsburgh (en Pennsylvanie).

Après plusieurs mois passé en Allemagne où un ancien docteur nazi, le docteur Issels, le maintient en vie au prix de grandes souffrances, tout espoir de survie est abandonné.

Il a combattu le cancer sans succès pendant huit mois. 

Bob Marley termine sa vie en prenant soin d’aider durablement les causes pour lesquelles il avait lutté.

Homme au coeur grand, il cède les droits d’auteur de certaines de ses chansons à une fondation dont l’objectif était d’aider les enfants du ghetto à s’alimenter correctement. Il laisse également un testament en faveur de la cause africaine.

Trop faible, il ne put jamais rejoindre sa maison de Kingstown en Jamaïque.  Il mourut, entouré de ses enfants, dans le service des soins intensifs d’un hôpital de Miami le 11 mai 1981 à l’âge de 36 ans.

Ses derniers mots, furent pour son fils Ziggy : « L’argent ne peut pas acheter la vie »...

  • Au-delà des mots…

Bien au-delà de ses textes souvent à double sens, ou de l’image du « fumeur de joints » qu’il véhicule, je ressens en cet homme la conviction… la bonté… l’amour… l’ouverture de coeur et la générosité.

Loin de moi l’envie de vous laisser penser que je suis alignée avec toutes les valeurs qui étaient siennes. C’est au-delà des mots que je ressens cette ferveur, cette détermination, ce courage et cette envie de croire en un monde meilleur.

Sans être mon modèle, Bob Marley fait en quelques sortes partie de moi… Une sorte de guide spirituel… Son titre mythique « Rédemption song » a souvent accompagné mes moments de réflexion, mes périodes de remise en question…
Pourquoi ? Je ne sais pas… C’est ainsi, voilà tout !

À chacun de mes pas, je me laisse porter par mon intuition et par les sentiments sitting-on-log-300x300qu’éveillent en moi un paysage, un sourire, un parfum… la vibration d’une chanson qui a accompagné l’adolescente que j’étais.

Par ce billet, je partage avec vous une des étincelles qui en moi font renaître la confiance, la joie, le courage, la patience, la détermination et la notion d’équilibre.

Qui que vous soyez, quoi que vous souhaitiez véhiculer comme message de paix, prenez soin de vous… prenez soin de votre santé physique, psychique et émotionnelle.

Car tous, nous portons en nous une part de lumière, mais aussi une part d’obscurité…

Voilà les quelques mots sur lesquels je vous invite aujourd’hui à méditer…

Au plaisir de lire votre sentiment personnel quant à ces quelques lignes… quant à ces émotions et moments de doute qu’il vous arrive peut-être de croiser vous aussi sur votre route…

@ très vite

Auteur: Carole P.

*****************************************************************

Cet article vous a plu ? Aimez et commentez … Vous pouvez également me suivre sur WordPress et Facebook . 

Inscription gratuite et garantie 100 % satisfait ou désabonné 😉

Vous serez ainsi tenu informé de mes prochaines publications. 

Pour découvrir plus d’articles encore, rejoignez-moi sur mon nouveau blog « le jardin de l’intuition » !

*****************************************************************

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.