🔥Voyage au coeur de la terre: un Temazcal sous les étoiles !

Au coeur de notre mère, la terre, la cérémonie du Temazcal m’a invitée à revivre ma propre naissance ce week-end.

Sur mon chemin de développement personnel et spirituel, j’aime tenter de nouvelles expériences. Je vais là où mon coeur m’appelle, je me laisse porter par les synchronicités de la vie, mon intuition, l’appel que je sens naître en moi…

Invitée à y participer par une amie Yogi, je suis sortie de ma zone de confort pour expérimenter, vivre et ressentir ma première hutte de sudation.

À l’heure actuelle, il m’est encore difficile de poser les mots les mieux adaptés à ce que je pense avoir vécu. Mais il y a une chose dont je suis certaine: je suis allée au-delà de mes limites personnelles, au-delà de ma peur, au-delà de mes phobies, au-delà de ma crainte d’éveiller en moi la blessure de la séparation avec ma propre mère il y a 11 ans de ça.

Le rendez-vous était fixé en matinée. Tous les participants étaient conviés à se regrouper à l’entre d’un bois, à proximité d’une rivière.

Notre première mission consista à déplacer 1,5 stères de bois pour les rapprocher du Temazcal où allait se tenir le feu Sacré qui symbolise le Soleil et le Grand Esprit.

Le guide spirituel dont nous sommes invités à écouter les enseignements est une femme dont le prénom restera secret.

Je dois avouer que j’étais dans mes petits souliers quand je suis allée la saluer pour la première fois. Mais une fois de plus, j’ai rapidement enfilé ma combinaison de caméléon pour traverser ce nouvel univers avec légèreté.

Comme demandé dans le message de préparation de l’évènement, j’avais apporté avec moi quelques offrandes: mes pétales de roses sont venus embellir l’hôtel de la tortue, et le tabac de fleurs si gentiment apporté par mon amie est venu rejoindre celui des autres participants dans un grand récipient en bois.

IMG_7994Tous, nous déposons quelques pincées de tabac sur chacune des pierres volcaniques que nous avons au préalable placées dans le foyer du feu afin de leur rendre hommage. Ces pierres représentent nos grands-mères, nos ancêtres. C’est grâce à leur chaleur dans la hutte qu’elles nous offrirons la guérisons dont nous avons besoin. Le tabac est donc en quelques sorte le « véhicule » qui transportera nos prières pour qu’elles soient entendues par le « grand mystère de la vie » ( que certains, en fonction de leurs croyances, appelleront Dieu).. Nous sommes invités à prier… la terre… notre mère… mais aussi à prier pour la raison qui nous a amené à nous présenter devant ce Temazcal.

La guide me convie ensuite à venir participer avec elle et quelques autres femmes à la réalisation des « prières ». Dans la tradition qui lui a été enseignée par des guérisseurs équatoriens, ce sont les femmes qui sont en charge de cette préparation alors que les hommes sont occupés à préparer la hutte.

Pendant de longues minutes, cette femme invoquera les 7 directions:  le nord, le sud, l’ouest, l’est, le père Ciel, la mère Terre et tous les êtres vivants sur cette planète: les humains, les animaux, les plantes, les insectes, etc. Nous plaçons dans des petits morceaux de tissus colorés nos prières matérialisées grâce aux fleurs séchées et au tabac dont nous prélevons quelques nouvelles pincées dans le plat des offrandes.

Elle les attache ensuite autour d’un cordon que nous fixerons à l’intérieur de la Hutte de sudation.

L’entrée du Temazcal est située face à nous, face au feu. Sa porte, située à l’ouest, IMG_7991représente l’accès au ventre de notre mère. En symbole d’un retour à l’utérus, notre mère la terre, la Pachamama, se prépare à nous recevoir en son coeur pour nous permettre de nous soigner de nos maux physiques et spirituels. Le Temazcal représente donc le centre de la terre, le ventre protecteur maternel.
Sur ces enchevêtrements de bois formant une coupole, des couvertures sont stratégiquement posées par quelques habitués. L’idée est de créer une hutte où régnera l’obscurité comme celle que nous avons tous rencontrée dans l’utérus de notre mère.

Au centre, un trou symbolisant le nombril de la mère est prêt à accueillir les pierres brûlantes qui serviront à faire monter la chaleur du lieu jusqu’à 43 voir 48 degrés lorsque nous serons tous à l’intérieur.

IMG-7985Une fois les préparatifs terminés, une fois toutes les intentions et prières adressées au feu, l’heure est venue de nous préparer.

Pieds nus dans la boue, vêtue d’un bikini et d’une serviette en corton, me voilà placée stratégiquement dans la file d’attente des femmes.

De la plus âgée à la plus jeune, suivie des hommes jeunes jusqu’aux plus âgées, il nous est demandé d’entrer à quatre pattes, (comme un bébé).

Une fois la 20aine de participants regroupés dans le Temazcal, la cérémonie peut commencer.

Deux hommes avisés sont nommés « hommes du feu » en ce jour de mort et de renaissance auquel je vais assister. Car entrer dans un Temazcal est en quelque sorte l’acceptation de laisser mourir une part de nous, pour en ressortir les bras ouverts, prêts à embrasser notre nouvelle vie, purifiés de nos maux passés.

Plusieurs femmes sont conviées à assister la temazcalera près des pierres chaudes venues une à une remplir le coeur de la hutte. Elles poseront tour à tour des « médecines » (herbes médicinales) sur chacune des pierres.

Un léger moment de panique s’empare de moi au moment où la porte de la hutte enfumée se referme pour la première fois.

Équipée d’un chaudron rempli d’eau aromatisée la guide commence alors à nous parler. Elle nous rappelle  l’importance de pouvoir remercier notre père pour la graine qu’il a semée dans le ventre de notre mère. Nous sommes invités au pardon, à la compréhension.

Nous saluerons de la même manière les 4 éléments: la terre, le feu, l’air et l’eau.

Entre chacune de ses invocations, des chants animent au son du tambour ce rituel de shamanic-1276762_960_720purification.

De nouvelles pierres sont ajoutées à chaque ouverture de la porte. 9, ensuite 13, 17,10… J’avoue que les chiffres sont un peu flous dans mon esprit.

Suivant le même principe que le sauna, l’eau est ajoutée pendant les chants sur les pierres chaudes.

La température monte, je décide de garder mon calme et de me concentrer sur ma respiration. Dans cette pénombre j’apprécie le retour à la simplicité… à l’état « sauvage » de l’être. Le froid de la terre resté collé sur mes pieds boueux me rappelle que mon instinct de survie que guidera vers la sortie si je ne peux pas supporter cette montée en température.

Je relâche alors les tensions et décide de profiter de l’aventure sans m’inquiéter. Il fait chaud, je vois peu à peu des images se projeter devant mes yeux…mes larmes m’aident à me nettoyer et je prends conscience de ma vie, de mes choix, de mon karma.

La voix de la temazcalera, est un mélange de douceur et de fermeté. Elle me porte…

Autour de moi, j’entends des personnes pleurer… certaines femmes se sont dénudées.

Après trois heures passées à l’intérieur du coeur de la terre, la porte s’ouvre pour la dernière fois. Dehors, le soleil s’est couché…

Dans la pénombre, nous sortons un à un, les genoux dans la boue, prêts à renaître et à ouvrir nos bras vers le ciel en signe de remerciement et en acceptation de ce renouveau.

La guide spirituelle m’accueille à bras ouverts, je sens une grande émotion m’envahir… J’ai le sentiment que ce n’est pas la première fois qu’elle me prend dans ses bras.

L’avais-je déjà rencontré ? Son visage et sa voix me sont depuis le début de la cérémonie familiers… J’ai le sentiment d’avoir déjà rêvé d’elle plusieurs fois, d’avoir entretenu des conversations avec elle…

Non, ce n’est pas possible… mon esprit doit être troublé…

Les pieds dans la boue, trempée de sueur, je retrouve mes esprits quelques instants auprès du feu avant d’aller rapidement me vêtir dans ce froid glacial de février.

Ce matin, je me sens légère.

Je ne sais pas encore ce que cette cérémonie amérindienne de soin et de purification du corps, de l’âme et de l’esprit m’a appris sur moi, car les mots ne se posent difficilement…

Hier, j’ai communié avec ma mère l’espace de quelques instants… et ne serait-ce que pour cela, je ne regrette pas l’expérience d’un Temazcal sous les étoiles.

Une fois encore, mon intuition a pu me mener là où mon coeur et mon corps étaient attendus. Tendre l’oreille pour accepter de l’écouter m’a demandé de faire face à des peurs jusqu’à présent restées ancrées.

Je suis fière de moi et c’est avec beaucoup de joie que je partage ce moment intime et précieux avec les amoureux de la vie du jardin de l’intuition.

À votre tour, je vous propose de me raconter le souvenir de la dernière fois où vous avez osé suivre la voix de votre intuition…

Merci <3  et @ très vite…

Auteur: Carole Pirmez

https://mavraienature.live

*****************************************************************

Vous souhaitez témoigner de vos expériences « intuitives » ? Contactez-moi par email. Les partages écrits et vidéos sont tous les bienvenus.

Cet article vous a plu ? Aimez et commentez … Vous pouvez également me suivre sur WordPress et Facebook. 

Inscription gratuite et garantie 100 % satisfait ou désabonné 😉

Vous serez ainsi tenu informé de mes prochaines publications. Merci et à très vite. 

*****************************************************************

2 commentaires

  1. Martin Lili

    Ton initiation, Carole est plus que troublante et je reçois en écho, par tes mots, une transmission qui résonne fort… C’est un stimulus pour moi…qui arrive JUSTE…alors que j’ai fixé au début du printemps, une expérience de ce type qui m’appelle…

    Un grand merci pour ton partage, tes vibrations dans les mots, et la Force de ton élan communicatif…

    NB: (mabenlili@hotmail.com c’était moi aussi !!! avant…) la place de parking, intuitivement…

    liliane.martin29@orange.fr est mon contact actualisé.A bientôt!
    Lili.

    1. Carole Pirmez

      Merci Lili <3 C'est un plaisir pour moi de partager mes explorations... J'ai hâte de connaître ton ressenti après ton expérience au printemps 😉 @ très vite !

Laisser un commentaire