L’éveil des Cerises : Conscience écologique 🌍

Lorsqu’il voyage à plusieurs centaines de kilomètres d’altitude, l’astronaute se retrouve tôt ou tard confronté à un panorama époustouflant: celui de la terre, la grande bleue.

Un espace magnifique et diversifié. Vu d’ici … uni et sans frontière. 

Dans ce défilé incessant de reliefs et d’étendues d’eau, sans artifice, notre planète s’affiche à visage nu.  Elle laisse apparaître les stigmates laissés par une humanité avec laquelle la nature est en train de divorcer. 

Oui, la terre est tourmentée ! Par tous ces pesticides que nous avons jetés à l’eau. Par la combustion de carburants qui, extraits de sa chaire, lui souille chaque jour les poumons. 

Alors qu’avec générosité elle nous offre l’abondance d’une terre fertile, d’un éden devenu notre unique demeure, sans le vouloir, chaque jour, nous activons davantage les blessures qu’elle porte en son coeur. 

Notre mère se révolte, elle vibre de douleur. De ses pluies acides, elle pleure chaque ours blanc qui disparaît faute d’un matelas glacé confortable sur la banquise. 

Inlassablement, elle engage dame nature à protéger davantage le tiers des espèces vivantes qui, jusqu’ici, ont « résisté » au réchauffement climatique, à la pollution atmosphérique, à la déforestation, à la surconsommation…

Et pourtant…

Bien que meurtrie par les milliards de tonnes d’or noir que l’homme a réussi à lui dérober en quelques siècles, alors même qu’elle avait pris quelques 350 millions d’années à constituer son butin, la terre continue de nous offrir refuge. 

Dans son liquide amniotique, elle sécurise de son mieux  les quelques espèces rescapées du naufrage écologique. Ces animaux costauds qui, entre carburant et débris de plastiques, résistent

Tel un enfant qui, déchiré entre ses deux parents, crie son ras-le-bol à qui veut bien l’entendre, la terre, épuisée de battre des pieds, est essoufflée.

Que pourrions-nous faire pour l’aider ? Avons-nous le pouvoir de changer les choses ? 

La première question à se poser finalement est peut-être tout simplement « nous sentons-nous concernés ? » 

Je suis une optimiste. Une rêveuse. Une amoureuse de la terre. Une créature de l’eau. 

Certes, bien que je m’applique à respecter au mieux le bien-être de notre mère à tous, j’ai conscience de la difficulté que cela représente de vivre écologiquement à une époque comme la notre. 

Alors même que nous sommes aujourd’hui capables de voyager dans l’espace pour tenter de comprendre davantage notre univers, notre demeure actuelle a besoin de nous

Chaque action quotidienne, chaque initiative, chaque projet, chaque rassemblement pacifiste, chaque entreprise écologique … sont autant de pierres qu’il nous faut aujourd’hui patiemment édifier pour assurer à notre planète, à nous-mêmes et à notre descendance, un avenir paisible. 

En écoutant les oiseaux chanter ce matin, je me suis sentie appelée… portée par un élan d’amour, de sororité. 

Comment remercier l’univers de cette chance que j’ai de vivre une incarnation humaine sur cette terre ? Comment rester indifférente face à la mise en sourdine des hurlements de la nature ? 

Et si, ensemble, nous décidions de changer les choses ? Et si nous ouvrions nos consciences pour passer du statut de spectateur à celui d’acteur ? Et si chacun d’entre nous mettait en place une nouvelle habitude dès demain ?

Cela pourrait-être une décision aussi simple que de ne plus utiliser de sac en plastique, de limiter l’achat de produits sous barquettes, de faire parfois du co-voiturage, de ramasser les déchets en ville/en campagne/à la montagne/à la mer, de favoriser l’achat de boissons stockées dans des contenants réutilisables (bouteilles en verre par exemple). 

Nous pourrions également nous essayer au compostage, cesser de jeter nos mégots de cigarettes en ville/dans la nature *, trier davantage nos déchets, limiter l’achat d’objets à usage unique. 

Bien sûr, nous pourrions aussi décider de baisser le chauffage de quelques degrés dans nos habitations, de boycotter l’achat de tomates ou de fraises en janvier au profit des légumes de saison.  

Oui, ensemble, nous pouvons décider de changer les choses ! 

J’aimerais pour cela créer une chaîne de coeur. Une sorte de courses relais. Un jeu ouvert à tous, dont les règles sont on ne peut plus simples :

  • chaque participant s’engage à changer, au minimum, une de ses habitudes peu « écologique ».
  • Après une période de mise en place personnelle de 7 jours, chacun(e) recherche un partenaire de jeu, un joueur à qui il/elle pourra transmettre cette nouvelle habitude. L’idée ici est de se montrer convainquant(e) 😉
  • Ce nouveau joueur pourra décider d’ajouter une nouvelle habitude favorable à l’environnement, de l’améliorer, d’en changer… pour ensuite, à son tour, la transmettre à un joueur supplémentaire. 
  • ⁃ Et ainsi de suite… 

Parce que j’ai envie de pouvoir continuer à écouter les oiseaux chanter… Je sais aujourd’hui que j’ai besoin de partenaires de jeux ! 

Comme les plaisanteries, les jeux les plus simples sont souvent les meilleurs ! Alors, pour que l’arbre de notre détermination puisse porter ses fruits pendant longtemps, je vous propose d’appeler notre grand jeu  » l’éveil des cerises « .

Symbole de renouveau, de pureté et de prospérité, la cerise n’est-elle pas le symbole parfait ?

Et puis… si le coeur vous le chante, pourquoi ne pas exhiber dés demain vos plus belles Cerises ? Partager avec vos amies cette initiative ? Montrez-vous créative 😉 😉


Intuition ? Influence lunaire ? Conscience évidente ? Ras-le-bol ? Quelle que soit la force qui porte ma plume aujourd’hui, j’espère qu’elle trouvera écho en votre coeur.

En ce partage, j’espère que vous percevrez le message d’espoir… l’envie d’un monde meilleur guidé par la sagesse de la femme, et de l’homme qui voudrait se joindre à cette cause.

Dans l’attente (pour ne pas parler de hâte 😉 ) de lire l’engouement de vos enfants intérieurs à jouer avec moi, je vous invite, si vous avez encore quelque hésitations que ce soit, à vous allonger dans l’herbe et à respirer le parfum d’une fleur. À sentir la caresse du vent sur votre visage, à écouter davantage les oiseaux chanter.

Tel l’astronaute qui observe la terre vue d’en haut, respirer profondément et ressentez là ! Prenez conscience de l’urgence et, avec votre coeur, agissez ! 

À vos cerises… prêt, partez !!!

Auteur: Carole Pirmez

*j’ai moi-même été fumeuse pendant quelques années… (dans une autre vie ;-)) Voilà 12 ans que mes poumons, mon corps et mon âme me remercient chaque jour de les avoir libérés de l’emprise de cette merveilleuse occupation… tellement nocive pour notre santé et notre porte-monnaie ! 😘

*********************************************************

Cliquez sur « j’aime » si vous avez aimé cet article. Je réponds personnellement à chaque commentaire ! 

Pour suivre le jardin de l’intuition sur Instagram et Facebook, c’est par ici: Instagram et sur facebook 

Inscription gratuite et garantie 100 % satisfait ou désabonné 

Merci et à très vite. 

*********************************************************

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.